Web
Image
Trier par :
Relevance
Relevance
Date
Web
 
 
 
Image
 
 
 
Mis à jour le 10-09-2018
Eglise

Prochains offices :

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur messes.info

Description architecturale :

L'église, orienté, est bâtie sur un plan allongé se terminant par un chevet plat. Accolés, au chevet, deux bâtiments de plan rectangulaires se succèdent, de tailles décroissantes.

Elevation extérieure :

La façade occidentale s'élève sur un unique niveau. Elle est scandée de quatre épais contreforts à ressauts, et percée au centre d'un portail rectangulaire, surmonté d'une arcade en arc brisé. Le pignon est couvert du même matériau que la toiture, probablement de l'ardoise. La façade est coiffée du clocher, assis au faîte du toit, de section carré. Une frise de petites baies rectangulaires court sous la flèche, qui est de type Fry.
Le mur gouttereau sud se compose de quatre travées. Les trois premières sont scandées des mêmes contreforts que ceux déjà mentionnés sur la façade, et de trois baies en arc brisé. La dernière travée est légèrement en retrait, et uniquement orné d'une baie à l'ogive moins prononcée.
Le mur gouttereau nord est de structure similaire au mur méridional : il faut noter l'absence du troisième contrefort, probablement détruit, et l'absence d'ouverture dans la quatrième travée.
Le premier bâtiment annexe, accolé au chevet plat, est de plan rectangulaire et moins haut que le corps central de l'église. Il est percé dans sa première partie, de deux baies en arc brisé, d'une taille moins importante que celles de la nef. Il est compliqué de déterminer la fonction du bâtiment : il pourrait s'agir du choeur, mais également de la sacristie (au vu de la taille réduite des baies).
La nef et le premier bâtiment annexe sont couverts d'une toiture en bâtière.
Le second bâtiment, accolé au premier, et d'une hauteur encore moins importante, est également de plan rectangulaire, mais couvert d'une toiture en croupe à trois pans. Il est percé sur son mur sud d'une porte, faisant face à l'entrée du cimetière.

Étapes de construction :

L'église date du XIIe siècle. D'après Arcisse de Caumont, elle aurait été remaniée au XVIe siècle.

Histoire :

La commune de Lessard-et-le-Chêne résulte de l'union de deux paroisses, Lessard et Le Chêne-en-Auge, fusionnées en 1791. L'église de l'Assomption-Notre-Dame appartenait au village de Lessard ; l'église Saint-Pierre du Chêne a été détruite à la Révolution.
Dans Statistiques Monumentales du Calvados, Arcisse de Caumont écrit : "L'église de Lessard, placée sous l'invocation de Notre-Dame, est bâtie sur le penchant d'un coteau, près d'un plateau couvert de bruyères, d'où l'oeil embrasse un magnifique panorama : à l'ouest et au sud-ouest se déroule une vaste étendue de pays qui se prolonge au-delà de Falaise et de Caen ; au midi, la vue plane sur la profonde et pittoresque vallée du Mesnil-Durand.
Cette église, primitivement romane, a été réparée et repercée au XVIe siècle.
Le portail occidental, soutenu par quatre contreforts avec glacis très inclinés, offre une porte ogivale à nervures, dont le tympan est orné d'un cul-de-lampe qui supportait autrefois une statue. Le linteau est formé d'une ogive en accolade. Ce portail, resté inachevé, a reçu une couverture surmontée d'un clocher construit en charpente et recouvert en ardoise...
Le mur méridional de la nef, soutenu par quatre contreforts à double glacis, est construit en grand appareil. Il est percé de trois fenêtres carrées, dont deux à nervures accusent le XVIe siècle ; celle du milieu a été considérablement élargie.
Une partie du mur, qui se trouve en retraite près du choeur et qui n'offre aucun contrefort, dépendait de l'ancienne nef qui était romane. La fendre cintrée que l'on voit date seulement du XVIIIe siècle. Du côté du nord, il n'existe aucune ouverture.
Le mur septentrional, flanqué de trois contreforts du XVIe siècle, est percé de deux fenêtres carrées, très-laides, qui remplacent deux autres fenêtres étroites à plein-cintre, du XVIe siècle, semblables à une ouverture bordée d'un simple chanfrein que l'on voit de ce côté.
Le choeur, construit en retraite sur l'ancienne nef, offre des murs romans en cailloutis. Il est éclairé, au nord, par deux fenêtres carrées munies de leur ancienne résille en plomb. L'une de ces fenêtres remonte au XVIe siècle ; l'autre a été refaite. Les deux fenêtres carrées en brique, que l'on voit du côté du midi, avaient été aussi percées au XVIe siècle ; elles ont également conservé leurs anciens plombs.
La voûte du choeur et celle de la nef sont en merrain." (A de Caumont 5-354)