N° 4140428 Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Mis à jour le 17-09-2018
Eglise

Prochains offices :

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur messes.info

Description architecturale :

l'église est orientée. Elle est constituée de deux parties mitoyennes, construites toutes deux selon un plan allongé. Elle possède un seul vaisseau. Une tour, de base carrée, flanque le mur sud de la partie orientale. Une tourelle d'escalier, de base carrée pour la partie basse puis circulaire pour sa partie haute, est accrochée à l'angle sud-est de la tour. Sur le côté sud, un mur forme un enclos contenant des bâtiments.

Elevation extérieure :

l'élévation extérieure est composée d'un mur pignon s'élevant sur deux niveaux. Le premier niveau est percé d'un portail surmonté d'un arc en accolade, le second niveau d'une baie à remplage de style gothique flamboyant. De part et d'autre, le mur est soutenu par deux contreforts d'ordre colossal, auxquels s'ajoute un contrefort d'angle au nord.
Sur le mur gouttereau nord, deux baies en plein cintre alternent avec deux contreforts d'ordre colossal. Il est également possible d'y observer la maçonnerie en opus spicatum, visible aux endroits où l'enduit s'est défait.
Le mur pignon de la partie orientale est également percé d'une porte en arc surbaissé. Il porte une croix de faîtage.
Le mur gouttereau nord de cette partie orientale possède deux baies en arc surbaissé.
Le mur pignon du chevet plat comporte deux niveaux. Le premier est composé de deux baies obstruées en arc brisé, le second niveau d'une petite baie en plein cintre.
L'église est couverte sur les deux parties d'une toiture en bâtière.
La tour, de base carrée, s'élève sur trois niveaux : le premier possède une baie en arc brisé, le deuxième une ouverture en plein cintre, le troisième une baie en meurtrière en plein cintre. La flèche, en maçonnerie, est pyramidale, son côté sud comprend une baie en meurtrière en plein cintre, son côté nord un cadran d'horloge surmontant une ouverture rectangulaire, son côté est une baie en meurtrière en plein cintre et une ouverture rectangulaire fend le bord inférieur de la flèche. Le bord inférieur de la flèche est quant à lui festonné. La tourelle d'escalier, à l'angle sud-est de la tour, de base carrée puis circulaire, présente également une maçonnerie en opus spicatum pour sa partie circulaire.

Elevation intérieure :

la partie occidentale de l'église est voûtée en berceau, il en va de même pour la partie orientale. La voûte de la partie occidentale de quatre entraits et poinçons la soutenant, tandis que celle de la partie orientale en possède au moins deux. Un arc doubleau mouluré sépare de part et d'autre les parties occidentale et orientale de l'église.
Selon la base Mérimée, le couvrement est fait en voûte d'ogives et des lambris de couvrement viennent compléter.

Étapes de construction :

La première partie de la construction débute au XIe siècle : la nef est élevée en opus spicatum - ou en arête de poisson ou en épi de blé.
Au XIIIe siècle sont édifiés le chœur et le clocher "de style ogival" d'après Arcisse de Caumont.
A la fin du XVIe siècle ou au début du XVIIe, une chapelle seigneuriale est ajoutée.
Les baies nord de l'église sont datées de 1771.

Histoire :

L'église est édifiée par un maître d'œuvre inconnu. Elle appartenait à l'ancien diocèse de Sées.
L'église est citée pour la première fois en 1088 - le village porte le nom de "Dambleinvilla" -, lorsque Robert de Ruddlan, comte normand devenu ensuite seigneur d'une large part du pays de Galles, fait don du patronage à l'abbaye de Saint-Evroult. Le don fut approuvé en 1128 par Henri Ier Beauclerc - à cette date, le village se nomme "Amblanivilla" ou "Amblainvilla".
En 1335, le village est nommé "Damblainvilla". En 1453, le village s'appelle "Amblainville".
Quatre dalles funéraires, datées des XVIIe et XVIIIe siècle, ornent le sol de l'église.
La première date de 1631, il s'agit de celle de Robert Regnault, seigneur de Damblainville, l'inscription est la suivante : "Cy gist le corps de Robert RENAULT vivant escuier seigneur de DAMBLEVILLE fis ainé de ( ?) Renault escuier seigneur et patron de grengues et de dambleville et noble damme marie de vauborel ces pere mere lequel fut assassine aux foyres de guibray le jeudy XXI jour daoust 1631 et eut inhume le XXIII dudict mois aage de XXVI ans pries dieu pour son ame"(transcription moderne : "Ci git le corps de Robert Renault, vivant écuyer, seigneur de Damblaiville, fils ainé de ( ?) Renault, écuyer, seigneur et patron de Grengues et de Damblainville, de noble dame marié de Valborel ces père et mère, lequel fut assassiné aux foires de Guybray le jeudi 21 jour d’août 1631 et fut inhumé le 23e jour dudit mois âgé de 26 ans.")
La seconde porte l'épitaphe de Pierre Morel, curé de Damblainville, mort en 1679. Elle nous informe de la réparation et du pavage de l'église en 1667, dont Pierre Morel serait l'initiateur.
La troisième dalle est celle d'Antoine Marc de Beaurepaire, seigneur de Damblainville, mort en 1744. La dalle porte également les armoiries de la famille de Beaurepaire.
La quatrième et dernière dalle funéraire comporte l'épitaphe de Jacques Christophe Mondehare, prêtre de l'église de Saint-Jean de Caen puis curé de Damblainville, mort le 20 juillet 1751.
Pour le XVIIIe siècle sont conservées dans les archives des procès verbaux de visites d'évêques.
En 1738 est construite la croix attenante à l'église, toujours en place actuellement, dont le maître d'œuvre n'est pas non plus connu. Elle est inventoriée par le service de l'Inventaire général du Patrimoine culturel en 1986.
Au XIXe siècle, l'église subit de nombreuses restaurations. Dans le premier quart du siècle, la flèche du clocher est restaurée. Au milieu du XIXe siècle, le portail ouest est quant à lui supprimé tandis que la baie occidentale est restaurée.
En 1961, le cimetière, en place et lieu de l'actuel parking, est démoli et transféré au cimetière d'Ailly.
L'église est inventoriée par le service de l'Inventaire général du Patrimoine culturel : l'enquête est diligentée en 1986, année où est établi le dossier d'inventaire topographique.

Objet(s) classé(s) :

PM14000277 dalle funéraire, de Robert Renault Miniature PDF