N° 4140292 Église de l'Assomption Notre-Dame

Mis à jour le 06-09-2018
Eglise

Prochains offices :

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur messes.info

Description architecturale :

L’église, orientée, est bâtie selon un plan allongé, qui se termine par un chevet plat. Elle est flanquée d’une tour-porche de plan rectangulaire, et d’un bâtiment annexe hexagonal dans le prolongement du chevet.

Elevation extérieure :

La façade occidentale de la tour-porche, à pignon, comporte trois niveaux d’élévation. Un portail en anse-de-panier, intégré à un arc brisé, perce le premier niveau. Le deuxième niveau est simplement orné d’une étroite baie en arc brisé, tandis que deux contreforts à ressaut épaulent la façade aux angles, unissant les deux premiers niveaux. Au dernier niveau, trois éléments se superposent : un cadran de métal, et deux baies en plein cintre, dont la première est de taille plus importante et comporte des abats-sons.
Le mur gouttereau sud se structure en huit travées, réparties équitablement entre la nef et le choeur. Le pan de mur abritant la nef est percé de trois baies en arc brisé et d'une porte, placée entre la deuxième et la troisième baie. Chacune des travées du choeur sont percée d'un baie en plein cintre à voussures et piédroits. La forme des contreforts du choeur alternent : deux contreforts à ressauts et trois contreforts plats.
Le mur gouttereau nord comporte le même nombre de travées, délimitées par des contreforts. Les travées numéro une, deux et quatre de la nef, sont chacune percée d'une baie en ogive. Quant aux travées du choeur, elles comportent chacune une étroite baie en plein cintre. La forme des contreforts du choeur alternent de la même manière que sur le mur sud.
Le chevet est un mur pignon aveugle.
Le bâtiment annexe est construit selon un plan polygonal et couvert d'une toiture en pavillon.
Le clocher, la nef et le chœur sont couverts d’une toiture en bâtière.

Étapes de construction :

L'église est issue d'une chapelle sépulcrale mérovingienne, datant du VIe siècle. La chapelle est établie non loin de l'église actuelle, et est déjà entourée d'un cimetière. Au VIIe siècle, elle devient une chapelle paroissiale : elle est alors déplacée et reconstruite, dotée d'une tour-clocher.
Suite à un incendie ayant endommagé la tour au cours du IXe siècle, l'église est reconstruite et élargie durant les XIe et XIIe siècles.
Au XIIIe siècle, la nef est reconstruite.
Au cours des XIV-XVe, lors de la Guerre de Cent Ans, la tour et le porche sont fortifiés.
Elle est ensuite restaurée et remaniée aux XIXe (les vitraux et la balustrade de tribune en fonte sont réalisés à cette époque) et XXe siècles (les litres funéraires du XVIIe siècle et le choeur sont restaurés).
Le 18 mars 1927, le choeur et le portail nord de la nef sont inscrits aux Monuments Historiques.

Histoire :

"Le choeur de l'église de Vouilly appartient à l'architecture romane du XIIe. siècle, la décoration en est assez remarquable : huit arcatures géminées avec des archivoltes ornées de moulures garnissent chacun des murs latéraux. L'arc triomphal n'est pas moins bien traité.
Les fenêtres romanes étroites, arrondies an sommet, existent encore du côté du Nord : on a refait celles qui existaient au Sud. On remarque du côté du Nord, c'est-à-dire du côté de la grande route actuelle, une porte romane extrêmement élégante, dont l'un des archivoltes est orné d'un double zigzag et l'autre de moulures en losange ; le mur présente de ce côté des pierres en arêtes de poisson...
... La nef est loin d'offrir le même intérêt que le choeur ; les fenêtres ont toutes été refaites : il serait difficile d'en indiquer l'époque, si quelques fenêtres étroites, bouchées aujourd'hui, n'indiquaient la fin du XIIe. siècle pour les parties les plus anciennes, la tour, carrée, terminée par un toit en bâtière, qui occupe l'extrémité occidentale, laisse l'observateur dans la même incertitude. Je la crois moins ancienne que la nef. " (A de Caumont 3-725)

Classement monument historique :

PA00111822 Eglise
Choeur ; portail nord de la nef : inscription par arrêté du 18 mars 1927