Mis à jour le 05-09-2018
Eglise

Prochains offices :

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur messes.info

Description architecturale :

L'église est bâtie sur un plan allongé qui se termine par un chevet plat, et orienté. Son mur gouttereau sud est flanqué d'une tour-clocher de plan carré. Un petit bâtiment annexe, de plan rectangulaire, est accolé au chevet, et abrite probablement la nef.

Elevation extérieure :

La façade orientale est un mur pignon qui s'élève sur deux niveaux, épaulée de part et d'autre, de deux larges contreforts. Le premier niveau est percé d'un portail en anse de panier, à voussures et piédroits. Il est surmonté d'un arc en accolade plat orné de choux frisé et encadré de pinacles à fleurons. Le second niveau est simplement orné d'une petite baie en arc brisé et d'une croix latine.
Le mur gouttereau sud est constitué en premier lieu de deux travées correspondant à la nef, de la tour-clocher, puis de deux dernières travées correspondant au choeur. Les travées sont scandées de contreforts et de baies en arc légèrement brisé. Les deux baies de la nef sont de taille plus importante que les deux du choeur. Ce dernier est également percé d'une porte rectangulaire au niveau de sa première travée, et doté d'un large contrefort en légère saillie. Une différence de niveau est notable entre la nef et le choeur, ce dernier étant moins haut et construit légèrement en retrait.
La tour-clocher, elle, est bâtie sur un plan carré et s'élève sur deux niveaux. Le premier est épaulé de contreforts plats aux angles, sur chaque face. Le pan méridional est percé d'une étroite lucarne, évoquant une meurtrière, sur chacun de ses étages. Enfin, elle est coiffée d'un clocher à égout retroussé, à la flèche de type Fry.
Le chevet plat est percé au niveau du pignon d'une baie obstruée en arc brisé. Son premier niveau est dissimulé par le petit bâtiment annexe, qui lui est accolé. Il est percé de baies rectangulaires.
Le mur gouttereau nord ne peut être renseigné, mais possède sans doute les mêmes caractéristiques que le mur sud, à l'exception de la tour-clocher.
Enfin, l'édifice et le bâtiment annexes sont tous deux couverts d'une toiture en bâtière.

Elevation intérieure :

La nef est constituée d'un vaisseau unique et couverte d'une voûte lambrissée. Un arc triomphal et une poutre de gloire séparent la partie réservée aux fidèles (la nef), de l'espace sacré, le choeur. Le choeur est couvert d'une voûte lambrissée en berceau, et percé sur son mur oriental de deux portes, qui permettent l'accès à la sacristie.

Étapes de construction :

D'après Arcisse de Caumont, l'église est construite au XIIe siècle, mais subit plusieurs interventions postérieures, comme la nef, au XV siècle. Plusieurs éléments sont conservés du XIIe siècle : le choeur et le clocher (mais sa toiture daterait du XVIe siècle).

Histoire :

Arcisse de Caumont écrit dans le cinquième tome des Statistiques Monumentales du Calvados, que « Avant la Révolution, la paroisse de Cordebugle portait le nom de Saint-Pierre-des-Bois », comme en témoigne le deuxième vocable sous laquelle l'église est encore désignée aujourd'hui.
L'église est sous l'invocation de saint Pierre et de saint Paul.
La partie la plus ancienne est la tour, placée au midi, entre le choeur et la nef: elle remonte au XIIe siècle. Cette tour, construite en poudingue, est terminée par une pyramide en ardoise, du XVIe siècle.
Le choeur est de la fin du XIIe siècle. Le mur septentrional est percé de jolies fenêtres en lancettes, entourées d'un tore. Au midi, le mur est flanqué d'un large contrefort qui présente peu de saillie. Les fenêtres, de ce côté, sont modernes et attestent le mauvais goût de la fabrique. Du même côté et près de la tour, se trouve une petite porte ogivale entourée d'un tore et sur le tympan de laquelle est figurée une croix de consécration, Le mur du chevet est percé d'une large fenêtre trilobée, en partie masquée par la sacristie.
La nef et le portail appartiennent à la dernière période du style ogival. Les fenêtres de la nef ont conservé leurs armatures. Une seule de ces fenêtres, au nord, a été refaite. Les contreforts de la nef et ceux du choeur, à l'exception de celui que nous avons signalé, ont été reconstruits en brique.
Le portail offre une jolie porte à linteau encadrée dans une grande ogive en accolade, dont les rampants sont décorés de larges feuilles de chou frisé. Elle est flanquée de deux contreforts prismatiques surmontés de clochetons. Le portail est précédé d'un porche du même style. Sur un des piliers sont sculptées les armoiries de l'évêque de Lisieux.
A l'intérieur, le maître-autel, dans le style de Louis XIV, avec un beau retable, est décoré de quatre colonnes rudentées, d'ordre composite. »
Enfin, il termine la description de l'église par quelques détails historiques :
« Cordebugle avait pour patron le seigneur de Gange et dépendant du doyenneté de Moyaux.
Avant la Révolution, cette paroisse faisait partie de l'élection de Lisieux et comptait 28 feux. Son revenu était de 700.
Par ordonnance du 31 mars 1825, Courtonnel, dont l'église a été démolie, a été réuni à Cordebugle. »

Classement monument historique :

PA00111243 Eglise
Eglise : inscription par arrêté du 17 avril 1931

Objet(s) classé(s) :

PM14000250 devant d'autel Miniature PDF