N° 4140142 Église Saint-Pierre

Mis à jour le 09-09-2018
Eglise

Prochains offices :

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur messes.info

Description architecturale :

L’église, orientée, présente un plan allongé se terminant sur un chevet circulaire. Son mur-gouttereau sud comporte cinq travées, tandis que le mur-gouttereau nord en contient six, dont à chaque fois quatre correspondant à la nef, et une ou deux au chœur. La façade occidentale est constituée de trois travées. Une tour-clocher de plan carré à flèche hexagonale sommée d’une girouette ponctue l’édifice au nord-ouest, et une annexe de plan rectangulaire flanque le mur-gouttereau nord au niveau du chœur.

Elevation extérieure :

Le mur-gouttereau sud est éclairé par six baies en plein-cintre reposant sur de fausses colonnettes romanes à panier cubique, une par travée au niveau de la nef, puis deux plus rapprochées pour l’unique travée correspondant au chœur. Les quatre premières travées sont ornées de modillons soutenant la toiture. De puissants contreforts rythment la façade.
Le mur-gouttereau nord présente une façade différente, puisque sa première travée correspond à la tour-clocher carrée, uniquement percée au niveau du mur par une baie rectangulaire extrêmement élancée s’apparentant à une meurtrière. Les trois travées suivantes, correspondant à la nef, sont identiques à celle du mur-gouttereau sud, percées de trois baies en plein-cintre reposant sur de fausses colonnettes romanes à panier cubique. Les deux dernières travées, correspondant au chœur, sont occupées par le bâtiment annexe, éclairé par deux baies en plein-cintre à barreaux de fer, et par un oculus en partie supérieure.
La façade occidentale s’élève sur deux niveaux : le premier est percé au centre d’un portail rectangulaire dont la partie supérieure est vitrée, tandis que les travées latérales sont pleines. La porte est encadrée de pilastres doriques et surmontée d’une frise de métopes et triglyphes, puis d’un fronton triangulaire percé d’une petite niche accueillant une statuette, et enfin d’une croix latine sculptée se détachant de la façade. Le deuxième niveau, qui correspond au mur-pignon, est clairement délimité par un bandeau d’étage et percé par une sorte d’oculus ovoïde. Au nord, la tour-clocher s’élève sur trois niveaux : le premier n’est ponctué que par un autre oculus ovoïde, le deuxième est éclairé par deux lancettes en plein-cintre extrêmement étirées, et le dernier correspond à la flèche, percée sur chaque pan de son soubassement par une petite baie en plein-cintre. Les niveaux sont là encore clairement délimités par des bandeaux d’étage.
Enfin, le chevet est percé de trois petites baies en plein-cintre au sud, à l’est et au nord. Il est également orné d’arcatures reposant sur des culots sculptés en partie supérieure, et ces arcatures, gémellées, reposent sur des colonnettes romanes.
L’ensemble de l’édifice est couvert d’une toiture à double pente.

Étapes de construction :

L'église Saint-Pierre de Carcagny a été édifiée au XIème siècle; l'abside romane peut ainsi être datée de la deuxième moitié du XIème siècle. L'église appartenait au chapitre de la cathédrale de Bayeux par donation de Philippe d'Harcourt confirmée en 1153. Au XIIIème siècle, la seigneurie fut achetée par l'évêque de Bayeux.
En 1707, le parrain de la grosse cloche de l'église était Antoine Guillot. Elle fut baptisée Jeanne par Jeanne Le Noble. En 1820, le curé Jacques Le Touzey fit des dons à l'église, qui fut largement reconstruite au XIXème siècle dans le style néo-roman.