Mis à jour le 04-01-2019
Eglise

Description architecturale :

Il n'en reste aujourd'hui que des ruines, mais d'anciennes photos nous renseignent sur son architecture.
L'église, orientée, était construite sur un plan allongé qui se terminait par un chevet plat. Un petit bâtiment de base rectangulaire, à toiture indépendante, flanquait le chevet ; il abritait probablement la sacristie.

Elevation extérieure :

La façade occidentale, à mur pignon, s'élèvait sur deux niveaux. Un portail ouvrait le premier niveau, tandis que le second était percé d'un oculus.
Le mur gouttereau sud, à six travées comportait deux parties : les trois premières travées correspondaient à la nef, réservée aux fidèles, tandis que les trois dernières travées correspondaient à la partie sacrée, le choeur. La portion de mur de la nef était percée de trois baies rectangulaires. Celle du choeur était scandée de quatre contreforts à ressauts, et de trois baies en arc brisé. Une porte perce également la quatrième travée. La troisième baie était subdivisée par une colonnette.
Le chevet, plat, à mur pignon, était percé de deux baies étroites, en lancette, en arc brisé.
L'église était couverte d'une toiture en bâtière.
Le cocher, de section rectangulaire, était assis sur le faîte du toit. Ses quatre pans étaient percés d'une baie munie d'abat-sons. Il était couvert d'une toiture pyramidale de type Fry.
Le bâtiment annexe comportait une ouverture sur chaque pan – des baies rectangulaires, et une porte sur son mur nord.

Elevation intérieure :

La nef, à vaisseau unique, était coiffée d'une voûte surbaissée de lambris. Un arc triomphal en plein cintre séparaient la nef du choeur. Ce dernier était couvert d'une voûte d'ogives.

Étapes de construction :

« Le cimetière de Bréville, labouré trois jours auparavant par les canons de gros calibre de la flotte... une vieille église en ruine, ressemblent enn cette fin de jour d'été à un tableau du jugement dernier … » extrait de Béret Vert, du commandant Kieffer
Utilisée comme dépôt de munitions par les allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale, l'église Saint-Pierre est finalement détruite par les bombardements qui ont ravagés Bréville-les-Monts le 12 juin 1944. La commune ne dispose pas alors des moyens financiers nécessaires pour la reconstruire ou sauvegarder les ruines : une chapelle provisoire est construite de l'autre côté de la rue, utilisée jusqu'à la construction d'une nouvelle église en 1960. Les ruines de l'église sont conservées, au sein du cimetière.
L'église avait été inscrite aux Monuments Historiques, le 16 mai 1927.
La nef et la tour, entre choeur et nef, sont modernes.
Le choeur est en partie du XV siècle, mais quelques parties paraissent plus anciennes.
On m'annonce qu'une pierre tombale portait une plaque de cuivre avec une inscription, et que cette plaque a été déposée dans la sacristie quand on a repavé l'église. Je compte l'examiner prochainement.
L'église de Bréville est dédiée à saint Pierre. Le seigneur laïc nommait à la cure. Les dîmes se décomposaient ainsi qu'il suit : le collège de maître Gervais en percevait 1/3 ; l'abbaye de St.-Etienne de Caen et le chapelain de Varavill 1/3 ; le curé l'autre tiers.
Le château de Bréville est situé à quelque distance au S.-E. De l'église ; il appartient à M. le baron de Fontette, ancien député, membre de la Société pour la conservation des monuments. Près de lui était une chapelle sous l'invocation de St.-Cosme, qui existe encore.
Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t.2
La chapelle Saint-Côme-Saint-Damien, du château Saint-Côme évoquée par Arcisse de Caumont est démolie lorsque la famille de Fontette quitte définitivement le manoir. Seul un dessin permet de connaître la chapelle : elle a sans doute été construite au tournant du XIVe et du XV siècle, en style gothique flamboyant.

Classement monument historique :

PA00111120 Restes de l'église
Eglise (restes) : inscription par arrêté du 16 mai 1927

Photos historiques :

APMH00018233 Bréville Eglise (vestiges)
APMH00018234 Bréville Eglise (vestiges)